Prix et valeur

Quel est le rapport entre le prix et la valeur de mon entreprise ?

Le prix est le résultat d’une négociation alors que la valeur est la résultante d’une démarche calculatoire tenant compte d’un contexte. Il est fortement recommandé de fournir une fourchette de valeurs puisqu’elle correspond à la mise en œuvre de quelques méthodes choisies avec discernement qui aboutissent à des valeurs différentes suivant les hypothèses retenues.

« Il s’agit plus de déterminer des fourchettes de valeurs que d’aboutir à des chiffres précis, tâche qui est du ressort de la négociation puisqu’elle aboutit à un prix…Pour un financier, la décision de céder tout ou partie du capital d’une entreprise découle alors de la comparaison du prix que l’on peut en tirer par rapport aux valeurs obtenues ». ( Pascal QUIRY et Yann LE FUR. Edition 2019.Partie 3- FINANCE D’ENTREPRISE-Pierre VERNIMMEN)

Le prix est le résultat d’une négociation et il est unique car étant la résultante des discussions entre les parties en question, de la négociation offre-demande. La valeur semble plus subjective dans le sens où elle résulte de nombreuses hypothèses qui vont avoir des impacts plus ou moins déterminants sur les choix des méthodes ainsi que sur les modalités de calculs.

« La valeur est une possibilité, le prix est une réalité et ne se forme qu’à l’instant de l’accord entre vendeur et acheteur. Il n’y a pas obligatoirement coïncidence entre la valeur et le prix, sauf dans le cas d’un marché de concurrence pure et parfaite. A partir d’une estimation de la valeur, même la meilleure que l’on puisse imaginer, il est à peu près sûr que de la libre négociation résulte ensuite un prix qui sera différent. Cela est normal et ne signifie en aucune façon que l’estimation a été erronée ».

La société sca-evaluation considère que valeur et prix sont deux vérités non contradictoires. Les deux sont égaux sur un marché de concurrence pure et parfaite, ce qui est une hypothèse théorique quasiment jamais vérifiée. Lorsque les deux divergent, cela ne signifie pas que l’une est vraie est l’autre fausse mais que les contextes d’appréciation sont différents.